Autre

Comment honore-t-on les morts dans le monde ?

Auteur du deal , 1. nov. 2017 16.02

Ahoy pirates, je profite de ce jour férié ou de vacances pour de nombreux d'entre vous, pour me pencher sur la Toussaint, et les traditions qui l'entourent.

Ce jour particulier, n'est pas comme on pourrait le penser le ''Jour des Morts", mais à l'origine une fête chrétienne née au VIIè siècle pour commémorer le martyr de tous les saints. Le véritable "Jour des Morts" où l’Église honore les défunts est en fait le lendemain de la Toussaint, le 2 novembre. On fait souvent l’amalgame car on a coutume de fleurir les tombes à la Toussaint le 1er novembre, car c’est un jour devenu férié il y a bien longtemps en France.

Quoiqu'il en soit cette période de l'année nous ramène à la commémoration de nos morts qui ne se vit pas de la même manière d'un pays à l'autre, et parfois de manière très joyeuse !


Mexique

Au Mexique le Jour des Morts ("Día de los Muertos") est célébré les 1er et 2 novembre, le deuxième jour en lien avec la tradition chrétienne de commémoration des fidèles défunts. Si les morts sont à l'honneur, c'est joyeusement qu'ils sont commémorés, avec notamment la réalisation d'autels privés qui leurs sont dédiés, couverts d'offrandes d'objets, de nourriture et de fleurs. C'est la plus ancienne fête mexicaine, une tradition connue depuis environ 3000 ans. La figure d'un squelette avec un chapeau visible pendant la célébration de la fête a été utilisée pour la première fois par l'artiste Jose Guadalupe Posada entre 1910 et 1913.


Guatemala

"El Día de Los Muertos" ou "Día de Los Difuntos" (le Jour des Morts ou des Défunts) est célébré en famille. Les cimetières y sont remplis de fleurs et d'autres décorations. Mais la partie la plus intéressante de la fête est le vol des cerfs-volants. Dans les villes de Santiago Sacatepéquez et Sumpango, de spectaculaires cerfs-volants prennent une grande ampleur lors d'un festival, le 1er novembre. Les cerfs-volants symbolisent la communication avec la mort et illustrent la visite et le voyage des âmes dans la maison de leurs familles.

A post shared by Dan Perez (@danperezfilms) on


Bolivie

Chaque année, le 8 novembre, la "Fiesta de las Ñatitas", la Fête des Crânes, est célébrée dans ce pays. Les plus grandes célébrations sont visibles à La Paz dans le cimetière principal. Chaque famille apporte ses propres crânes humains, qui peuvent provenir d'un des membre de leur propre famille, pour mettre à l'honneur leurs défunts. Les crânes sont décorés avec des fleurs, des cigarettes, des feuilles, des bonbons pour rappeler aux gens à qui ils appartenaient. Le défilé au cours duquel ils sont présentés célèbre leur mémoire et doit porter bonheur pour les jours qui suivent.

A post shared by Paul Koudounaris (@hexenkult) on


Haïti

Aux premiers jours de novembre, les croyants vaudous visitent les cimetières pour rendre hommage à leurs proches décédés et à leurs âmes dans ce qu'on appelle la "Fet Gede", la fête des Guédés, esprits de la mort. Des processions ont lieu dans les villes, avec des chants, des célébrations, on s'y maquille aussi, un peu à l'image d'un carnaval. On y célèbre surtout l'esprit du Baron Samedi, le chef et le père de tous les fantômes de la mort Guédé. Beaucoup de gens s'habillent en son honneur ces jours-ci, ils portent un manteau noir, des lunettes noires et boivent du rhum.


Pérou

Le début de la célébration est le 1er novembre - Jour des Défunts (Día de los Difuntos), au cours duquel les familles et les amis se rencontrent pour un repas traditionnel appelé lechon (plat de porc). On y prépare du pain brioché ''Tanta Wawas" ou pain bébé. Si le défunt aimait des aliments ou plats en particuliers, ils sont également pris en considération pendant le repas ou placés sur leurs tombes. Dans les cimetières, surtout à Lima, il y a aussi des musiciens et des danseurs qui souhaitent honorer les défunts. Les chamans accomplissent aussi leurs rites.

A post shared by Ivan Brehaut (@ivan.brehaut) on


Philippines

Dans le plus grand pays catholique d'Asie pendant la Fête des Morts, appelé Araw ng mga Patay, on visite les tombes de ses proches. Les tombes sont aussi décorées de bougies et des fleurs, et cette fête rassemble toute la famille. Parfois, les visiteurs passent une nuit au cimetière dans des tentes. De retour à la maison, des bougies sont allumées à la porte d'entrée, afin que les âmes qui peuvent suivre leurs proches sachent qu'on se souvient d'elles et qu'elles n'ont pas à franchir le seuil de la maison. Aux Philippines, la fête est joyeuse !

Comment honore-t-on les morts dans le monde ?